C’est grâce à un informateur que les enquêteurs ont pu mettre la main sur cette importante quantité de drogue.

Mi-octobre, les enquêteurs de la brigade des stupéfiants du Val-de-Marne obtient une information selon laquelle une personne doit aller chercher de la drogue aux Antilles.

Le parquet de Créteil valide alors la demande de « livraison surveillée », procédure permettant de suivre la transaction afin de mettre la main sur les commanditaires et les têtes de réseau.

Les services de douane et la police aux frontières sont avertis et le convoyeur de drogue passe les différents points de contrôle avec une somme d’argent liquide conséquente sans encombre.

Mardi 25 octobre, l’individu sous surveillance rentre de Martinique avec trois valises. La filature permet de connaitre l’hôtel servant de point de chute à la « mule » (personne chargée de transporter la drogue).

Au départ, un enquêteur explique qu’il était question d’attendre qu’une personne vienne récupérer la drogue. Le risque étant trop important, les agents de police sont directement passés à l’action.

L’homme est interpellé. Dans les trois valises, c’est 27 kilos de cocaïne en sachets et paquets qui étaient grossièrement dissimulés dans les bagages du trentenaire, « on ne s’entendait pas à trouver autant de drogue », commente un des policiers.

Placé en garde à vue, l’individu ne livrera pas la moindre information aux enquêteurs sur les commanditaires et le reste de ce réseau qui approvisionne essentiellement la cité Camille-Groult à Vitry. L’enquête continue.

SOURCE