Mercredi 23 mai, quatre ex-salariés de la compagnie aérienne française ont été condamnés pour violences à des peines de trois et quatre mois de prison avec sursis par la cour d’appel de Paris.

Ce jugement concerne aussi huit autres prévenus condamnés à des amendes de 500 euros pour dégradations dans le cadre de cette affaire de la « chemise arrachée » du directeur des ressources humaines (DRH) d’Air France le 5 octobre 2015.

En novembre 2016, le tribunal correctionnel de Bobigny (Seine-Saint-Denis) avait prononcé les mêmes sentences, à savoir quatre mois de prison avec sursis, à l’encontre de trois des quatre individus condamnés en appel.

Le quatrième condamné avait été relaxé en première instance, mais a été jugé à nouveau, à la demande du parquet. Il a écopé cette fois-ci d’une peine de trois mois de prison avec sursis.

Karine Monségu, co-secrétaire générale de la CGT-Air France, à laquelle sont affiliés les quatre condamnés, a évoqué « une justice de classe », avant de rajouter « c’est étouffer toute forme de contestation, de militantisme, et cela vise surtout la CGT ».

Lilia Mhissen, qui défendait les ex-employés de la compagnie aérienne, a de son côté dénoncé « une décision politique », « la vérité n’a intéressé la cour à aucun moment ».

Les avocats d’Air France ont fait part de leur « satisfaction » à l’énoncé de l’arrêt de la cour d’appel, qui a, selon eux, sanctionné des « violences inacceptables ».

Le 5 octobre 2015, un mouvement social en réponse au plan de restructuration de la compagnie aérienne avait fini dans une cohue sans nom, les manifestants excédés s’en étaient pris à Xavier Broseta, le DRH, et à Pierre Plissonnier, un ancien responsable qui a pris sa retraite depuis les faits.

Les images des manifestants arrachant la chemise du cadre avaient été largement diffusées sur les réseaux sociaux et dans les journaux télévisés.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.