Jeudi 22 février, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a annoncé les conclusions de son enquête sur les rabais exceptionnels de plusieurs produits par Intermarché en janvier.

Avec un rabais de 70 % sur des couches Pampers, des pots de Nutella, de l’eau Perrier et du café Carte noire, des bousculades entre consommateurs avaient eu lieu dans plusieurs magasins.

Des scènes de cohue filmées par les clients avaient alors inondé les réseaux sociaux.

Delphine Gény-Stephann, une secrétaire d’État du ministère de l’économie et des finances a déclaré dans la matinée au micro de RTL « la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a mené une enquête qui a déterminé que cette réduction faisait passer la barre de la revente à perte ».

Ainsi, « Intermarché risque une amende, le procès-verbal est devant le juge, donc, ça va être instruit », a-t-elle précisé.

Une porte-parole de la DGCCRF a déclaré « il appartient maintenant à la justice de donner les suites nécessaires à ce manquement présumé ».

Un procès-verbal devrait être transmis à la justice le même jour, avec un risque d’amende d’un montant pouvant atteindre 375 000 euros, selon la porte-parole.

À la fin du mois de janvier, le ministère de l’économie avait annoncé la saisie de la justice suite à ces ventes « agressives ».

SOURCE

1 COMMENTAIRE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.