Selon une information du Parisien en date du dimanche 17 décembre, un individu a été arrêté par les forces de l’ordre australiennes dans le cadre d’une affaire de tentative de trafic de composants pour missiles balistiques.

Originaire de Corée du Nord, l’homme âgé de 59 ans vit depuis trente ans en Australie, où il a été naturalisé.

Suite à une information reçue « d’autorités policières étrangères », une enquête a été ouverte au début de l’année.

Le suspect communiquait via une messagerie cryptée dans le but d’établir les divers trafics dont il est accusé.

Poursuivi pour six chefs d’inculpation, dont une tentative de vendre une unité complète de production pour missiles balistiques, il s’agirait en fait d’un « agent nord-coréen ».

Pour les faits qui lui sont reprochés, « l’agent » encoure jusqu’à dix ans d’emprisonnement.

Les enquêteurs se penchent également sur un éventuel trafic de pierres précieuses.

En revanche, Neil Gaughan, le commissaire adjoint en charge du dossier, a annoncé qu’aucun « gouvernement ou responsables gouvernementaux » n’est ciblé par l’enquête.

Au sujet de l’accusé, il a déclaré « cet homme est un agent fidèle de la Corée du Nord, il croyait agir dans un but purement patriotique ».

Ce pays asiatique fait l’objet d’un embargo et de sanctions restrictives très sévères, c’est la conséquence de ses programmes nucléaires et balistiques interdits.

Au cours de cette année, la Corée du Nord a encore procédé à de nombreux essais nucléaires et de tirs de missiles, en dépit de l’inquiétude de la communauté internationale, et notamment des pays voisins.

SOURCE

 

3 COMMENTAIRES

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom