Plusieurs communes du littoral Atlantique français voient depuis quelques jours s’échouer sur leurs plages des galets d’hydrocarbures. Ces galets, probablement rejetés en mer par un cargo au large, vont fait l’objet d’une enquête.

La maire de Croisic donne l’exemple

La première commune à avoir porté plainte, et ce vendredi 7 février 2014, a été Croisic. La maire, Michèle Quellard, a rempli la plainte en espérant qu’un responsable pourra être identifié.

En effet, selon les communes, la pollution liée à ces galets d’hydrocarbures serait due à un dégazage réalisé par un cargo au large des côtes alors que la tempête faisait rage et empêchait les patrouilles.

Le dégazage est interdit car il entraîne la pollution des plages, les nappes de pétrole se formant par-là flottent en effet au gré des courants marins pour s’échouer sur les littoraux. Or, en temps normal, le plan Polmar est déclenché.

Mais comme ce dégazage est passé inaperçu à cause des conditions météorologiques, le plan n’a pas été déclenché et donc le nettoyage des côtes reste à la charge des communes. Plusieurs devraient porter plainte dans les jours qui viennent.

Si un responsable, au terme de l’enquête, était identifié, les communes pourraient alors demander une indemnisation et des dommages et intérêts. Mais les chances restent assez minces.