Dimanche 1er octobre, un homme de 64 ans, Stephen Paddock, a tiré sur la foule qui assistait à un concert à Las Vegas (Nevada). Le bilan provisoire fait état de 58 morts et plus de 500 blessés. Dans ce pays où les fusillades de ce type sont malheureusement régulières, cette tuerie de masse est la plus meurtrière de l’histoire récente du pays.

 

Dans les heures qui ont suivi ce drame horrible, l’organisation terroriste Etat islamique a revendiqué cette tuerie mais plusieurs éléments viennent contrarier cette hypothèse.

Cependant, le shérif Joseph Lombardo a déclaré mardi matin au cours d’une conférence de presse « cette personne a pu se radicaliser sans que nous en ayons connaissance. Nous voulons identifier cette source. »

Le tueur est un retraité âgé de 64 ans qui vivait entre sa maison à Mesquite, une ville de 18 000 habitants située à 120 kilomètres de Las Vegas où il était discret.

Les enquêteurs cherchent à comprendre les motivations de Stephen Paddock, un citoyen d’apparence banal, hormis cette dépendance aux jeux et au poker en particulier.

Retranché dans une chambre au 32ème étage du Mandalay Bay, un grand hôtel de Las Vegas, il a ouvert le feu sur une foule venue assistée à un festival de musique country.

Le forcené disposait d’un arsenal d’une vingtaine de fusils et son équipement ne laisse aucun doute quant à la préméditation de cette tuerie.

Entre celles retrouvées dans la chambre d’hôtel et dans deux de ses résidences, les autorités ont mis la main sur quarante-sept armes et de nombreuses munitions et équipement.

Arrivée des Philippines dans la soirée de mardi, sa compagne Marilou Danley était attendue par des agents du FBI à l’aéroport de Los Angeles (Californie) en tant que « person of interest » (témoin).

Cette tuerie de masse a relancée la polémique autour de la vente des armes et également de la qualification du tueur, que beaucoup identifie comme étant un terroriste.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom