Après l’attaque survenue lundi soir dans un train pendant laquelle un jeune afghan de 17 ans a blessé des passagers à coups de hache, c’est à Munich, dans un centre commercial qu’a eu lieu une fusillade en début de soirée. Neuf personnes ont été tuées et l’assaillant se serait suicidé.

Le drame de lundi soir avait suscité une vive émotion après cette attaque terroriste dans un train perpétrée par un jeune afghan de 17 ans qui a blessé quatre voyageurs avant d’être abattu par les forces de l’ordre. Le jeune homme avait laissé une vidéo de deux minutes dans laquelle il fait allégeance à Daesch (acronyme de l’Etat islamique, EI), piste confirmé par la police criminelle pendant la conférence de presse du mardi 19 juillet.

Le vendredi soir, aux environs de 18 heures, un jeune homme de 18 ans a ouvert le feu sur la foule installée à la terrasse d’un fast-food devant un centre commercial à Munich. Rapidement pris en chasse par les forces de l’ordre, un policier a tenté même de l’abattre, il a été retrouvé mort vers 20 heures 30, il se serait vraisemblablement suicidé.

Des vidéos choquantes ont été diffusées sur internet, elles ont certes contribué à l’avancement de l’enquête mais en contrepartie, ces images et vidéos contribuent au climat de panique et de suspicion.

Les informations qui ont été diffusées par les médias sont contradictoires et une conférence de presse prévue samedi 23 juillet à midi devra permettre d’y voir plus clair quant aux motivations réelles du tireur. En effet, les pistes du terrorisme islamiste ou celle d’un acte d’extrême-droite ne sont pas encore écartées.

La seule certitude est le sentiment de colère grandissant des Allemands, tout comme les Français d’ailleurs, face à l’inaction des responsables politiques et l’enchainement des actes terroristes ces dernières semaines.

SOURCE