Jeudi 7 juin, Mickaël L., le frère ainé de Théo, le jeune homme victime d’un viol au cours de son interpellation en février 2017 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), a été mis en examen pour « escroquerie en bande organisée au préjudice d’un organisme chargé d’une mission de service public, abus de confiance, blanchiment, faux et usage de faux, travail dissimulé », selon le parquet de Bobigny.

L’individu âgé de 34 ans a été placé sous contrôle judiciaire.

Dans la matinée du mardi 5 juin, cinq personnes ont été interpellées et placées en garde à vue, dont Théo et deux de ses frères, Grégory et Mickaël.

Le lendemain, quatre des cinq gardés à vue sont ressortis libres, « le juge d’instruction appréciera les suites à donner à leur garde à vue », selon une précision du parquet.

Les investigations menées par la police judiciaire de Seine-Saint-Denis font suite à des soupçons de détournements d’aides de l’État à hauteur de plusieurs centaines de milliers d’euros.

Parmi les quatre associations locales axées sur le sport et la médiation qui sont dans le viseur de la justice, Aulnay Event, présidée par Mickaël L., aurait embauché plus de quarante personnes sur la période de janvier 2014 à juin 2016.

Avec ces contrats aidés, la structure a bénéficié de 643 000 euros de subventions de l’État.

Cette enquête a pour but de déterminer s’il s’agit d’emplois fictifs, et de mettre en lumière le rôle de chacun des mis en cause dans cette affaire.

Théo L. est devenu un des symboles de la lutte contre les violences policières. En février 2017, le jeune homme aurait été violé par des policiers au moyen d’une matraque télescopique alors qu’il était en train de se faire arrêter.

Les quatre policiers présents sont poursuivis, l’un pour viol et les trois autres pour violences.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.