Dimanche 5 novembre, une tuerie de masse a eu lieu dans une église à Sutherland Springs, une petite localité du Texas. Le bilan actuel est de 26 morts et d’une vingtaine de blessés par balle. Le suspect a été retrouvé mort dans son véhicule.

Après la tuerie de Las Vegas (Nevada), c’est dans une bourgade texane de 640 habitants qu’a eu lieu ce nouveau drame.

En fin de matinée dimanche 5 novembre, un « jeune homme blanc âgé d’une vingtaine d’années » qui porte un gilet pare-balle et armé d’un fusil d’assaut pénètre dans une église baptiste et ouvre le feu.

Le lieu de culte est fréquenté par des dizaines de fidèles qui viennent assister à la cérémonie dominicale. Le bilan actuel fait état de 26 morts, dont des enfants, et d’une vingtaine de blessés.

Mis en fuite par un habitant qui a réussi à le désarmer, le suspect a été retrouvé mort dans son véhicule, à une trentaine de kilomètres des lieux du massacre.

D’après plusieurs médias américains, dont le Washington Post et le New York Times, l’auteur de la fusillade est Devin Patrick Kelley, un ancien militaire âgé de 26 ans. Il a été renvoyé pour mauvaise conduite en 2014 suite à des violences familiales.

Kamala Harris, la sénatrice de Californie a regretté cette « violence insensée causée par les armes à feu ».

En effet, aucune mesure concrète n’est au programme pour tenter d’endiguer ces tueries de masse.

Après le drame de Las Vegas, les « bump stocks », des dispositifs permettant d’augmenter les capacités d’armes semi-automatiques, étaient au cœur d’un débat qui n’a duré que le temps du choc émotionnel.

Dans le pays de l’oncle Sam, de nombreuses personnalités publiques et politiques se dressent contre une législation trop permissive au sujet des armes.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom