Les individus interpellés sont âgés de 16 à 33 ans. Les services de police spécialisés ont procédé aux interpellations dans les environs de Montpellier (Hérault) dans la matinée du vendredi 10 février. Vu les éléments trouvés pendant les perquisitions, le projet d’attentat était déjà bien avancé.

Une jeune fille de 16 ans avait été repérée après avoir affiché sa volonté de rejoindre la Syrie sur les réseaux sociaux. D’après LCI, elle aurait prêté allégeance à l’organisation terroriste Etat islamique (EI). Récemment reconvertie, elle devait se marier religieusement avec un jeune homme de 20 ans.

Au domicile du futur époux, situé dans la commune de Clapiers, les enquêteurs de la sous-direction anti-terroriste (SDAT) de Montpellier ont mis la main sur tout un attirail nécessaire à la fabrication de ceinture explosive : des gants de protection, des seringues, de l’eau oxygénée, de l’acétone, de l’acide sulfurique et 71 grammes de TATP (c’est un explosif artisanal très instable fréquemment utilisé par les terroristes).

Un individu de 33 ans semblait vouloir participer à cette funeste  entreprise, tout comme cet autre jeune homme de 26 ans qui vit dans la commune de Clapiers. Le rôle de ce dernier reste encore à éclaircir. Tous deux ont également été arrêtés vendredi matin.

Tout comme les enquêteurs, Bruno Le Roux, le ministre de l’intérieur, semble convaincu d’avoir évité une attaque imminente.

Bernard Cazeneuve, le Premier ministre en déplacement dans la Creuse, a rappelé le « niveau de menace terroriste extrêmement élevé ».

SOURCE