L’île de beauté est, selon Le Monde, la région française la plus touchée par les actes violents à caractère raciste. C’est en bords de mer cette fois qu’une bagarre a éclaté entre des jeunes, épaulés par les villageois de la commune, face à des Maghrébins qui habitent Bastia.

C’est un samedi après-midi banal sur la côte corse. Soleil et farniente dans la crique de Sisco (Haute-Corse). La quiétude des lieux est troublée par une bagarre qui oppose des jeunes du village voisin et une fratrie venue en famille de Bastia.

Le motif semblait être une photo sur laquelle apparait une femme en « burkini » mais la version donnée par Nicolas Bessone, le procureur de Bastia,la contredit clairement. Selon lui, il est plutôt question de volonté de « privatisation » de la plage de la part des trois frères.

Quoi qu’il en soit, s’en est suivie une rixe violente qui a fait cinq blessés et la mobilisation d’une centaine de gendarmes et policiers pour ramener le calme.

Mercredi 17 août, les trois frères ainsi que deux individus impliqués dans la rixe sont placés en garde à vue. Les jeunes bastiais pour « violences avec armes » et les autres « violences en réunion ».

La garde à vue des deux « villageois » a été écourtée par une manifestation de soutien  qui s’est tenue le soir même devant les locaux militaires où étaient interrogés les suspects.

Jeudi 18 août, le procès en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Bastia a été reporté au mois de septembre, à la demande des avocats des trois frères afin qu’ils puissent avoir le temps de préparer leur défense.

SOURCE