Mercredi 25 avril, le tribunal de Jérusalem a condamné Ben Deri, un policier israélien âgé de 24 ans, à une peine de neuf mois de prison ferme et six mois de sursis, après la mort d’un jeune palestinien en 2014.

Reconnu coupable d’homicide par négligence, le garde-frontière devra également payer la somme de 50 000 shekels, soit l’équivalent de 11 450 euros, à la famille de Nadim Nouwara, la victime.

Ce 15 mai 2014 dans la ville de Beitunia en Cisjordanie, un autre adolescent palestinien perdra la vie au même endroit, une heure après la mort de Nadim Nouwara.

La famille de la seconde victime, qui a déclaré n’avoir aucune confiance en la justice d’Israël, n’avait pas poursuivi Ben Deri, d’après Defense for Children International.

La section palestinienne de cette organisation avait diffusé des images de vidéosurveillance qui montraient la victime jetant des pierres vers la police israélienne, mais compte-tenu de la distance, il ne représentait pas un danger.

Les images filmées par la chaîne américaine CNN avaient également contredit la version des autorités d’Israël, qui affirmaient qu’aucun tir à balle réelle n’avait était effectué à cette date.

Pendant le procès, l’accusé avait expliqué avoir introduit des balles réelles dans son arme, un M-16, à la place des balles antiémeute.

Dans son verdict, le tribunal a tenu compte du fait que Ben Deri n’avait pas d’antécédent, qu’il a collaboré avec les enquêteurs et d’un accord de plaider-coupable.

Siam Nouwara, le père de la victime, a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) s’être pourvu en justice « parce qu’il n’y avait pas d’autre moyen », évoquant tout de même un « déni de justice qui attisera la violence ».

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom