Samedi 28 avril, un individu âgé de 45 ans a été arrêté et placé en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur la mort de la jeune Angélique.

Dans un communiqué disponible dimanche 29, le parquet de Lille (Nord) a annoncé que le suspect « a très rapidement avoué les faits, et a emmené ces enquêteurs, accompagnés de ceux de la direction départementale de la sécurité publique du Nord, co-saisie de l’enquête, à l’endroit où il avait abandonné le corps de la jeune fille ».

Le corps de la victime « a été retrouvé cette nuit à 1 h 30 sur la commune voisine de Quesnoy-sur-Deûle », sur les indications de l’homme arrêté.

La garde à vue du suspect a été prolongée de 24 heures supplémentaires dimanche soir, selon le parquet, mais aucune précision sur les circonstances de la mort de l’adolescence.

Une autopsie du corps de la victime est prévue lundi 30 avril.

L’homme placé en garde à vue était inscrit au fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions sexuelles (FIJAIS), « sur le casier judiciaire de l’homme mis en cause est mentionnée une condamnation datant de 1996 pour des faits commis en 1994, qualifiés de viol avec arme, attentats à la pudeur aggravés et vol avec violence ».

Mercredi 25 avril, l’adolescente âgée de treize ans avait disparu dans l’après-midi. Un voisin a indiqué aux enquêteurs avoir aperçu Angélique en compagnie du suspect, ce qui a permis cette arrestation.

Cette sordide affaire a choqué et inquiété les habitant de la commune, « la ville est en état de choc, certains habitants sont abattus, d’autres en colère. Les gens sont extrêmement solidaires, une solidarité qui a notamment été exprimée par ces battues spontanées. Il y a une énorme tristesse chez tous les habitants », selon Georges Spadavecchia, le délégué à la sécurité de la commune.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.