Un militaire a été mis en garde à vue le 7 août 2013 pour avoir tenté de tirer sur la mosquée des Minguettes, à Lyon.

Le 7 août 2013, un militaire de 23 ans a été mis en garde à vue pour tentative de tirer sur la mosquée des Minguettes de la région lyonnaise.

Un militaire récidiviste

Le projet d’un militaire de 23 ans était de tirer sur une mosquée pour la fin du Ramadan.  Il a des idées très proches de l’extrême droite selon les enquêteurs radicale. Il a pu être arrêté sur la base aérienne de Lyon Mont Verdun. Le jeune homme, sergent dans l’armée de l’Air, est depuis en garde à vue à la Direction centrale du renseignement intérieur.

Le jeune sergent a avoué lors de sa garde à vue qu’il avait déjà lancé un cocktail Molotov sur la porte de la mosquée de Libourne en Gironde dans la nuit du 20 au 21 août 2012. Il n’en était donc pas à son premier coup contre les mosquées. Il a aussi essayé de rentrer en contact avec Maxime Brunerie, le militant d’extrême-droite qui avait tenté un attentat contre le président Jacques Chirac, le 14 juillet 2002.

Des idées extrémistes

Pour justifier ses actes, des proches expliquent qu’il vivait mal une rupture amoureuse. Ils ont trouvé des documents qui laissaient entrevoir son projet. Le jeune homme se sentait également touché par le suicide de Dominique Venner, militant d’extrême-droite, en 2013. Suite à ces révélations, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, confirme sa position pour « la lutte contre toutes les violences s’inspirant des idéologies les plus extrêmes ».

Selon l’Observatoire contre l’islamophobie, les actions contre la communauté a augmenté de 50% pendant le premier semestre 2013. Le président de l’Observatoire, Abdallah Zekri est rassuré de savoir l’individu arrêté avant qu’il ait commis « un autre acte ignoble visant la communauté musulmane. » Manuel Valls a d’ailleurs précisé que «  aucune tolérance ne sera admise » dans ce domaine.