Vendredi 4 août, la cour d’appel de Dijon (Côte-d’Or) a répondu favorablement à la demande de remise en liberté de Murielle Bolle. Elle avait été mise en examen et placée en détention provisoire pour « enlèvement suivi de mort » dans le cadre de l’affaire du petit Grégory, un enfant de 4 ans retrouvé mort dans une rivière, la Vologne, le 16 octobre 1984.

Murielle Bolle a été libérée vendredi 4 août après un peu plus d’un mois de détention.

La chambre d’instruction de la cour d’appel de Dijon a accédé à la demande de libération adressée par la détenue contre l’avis du ministère public.

Cependant, les conditions de cette liberté sont très strictes, avec notamment l’obligation d’un suivi socio-éducatif et de pointer deux fois par semaine au poste de police.

En plus de l’interdiction de rentrer en contact avec toutes les personnes impliquées dans ce dossier, il lui est interdit de contacter la presse au sujet de l’affaire en question.

Cette femme, âgée de quinze ans seulement au moment de la mort du petit garçon, a été mise en examen et placée en détention provisoire le 29 juin au motif d’ « enlèvement suivi de mort ».

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom