Vendredi 6 avril, la mère de Yacine M., Zoulihka K., a été mise examen au motif de chef de « destruction ou de modification des preuves d’un crime ». Elle a été placée sous contrôle judiciaire.

Cette femme, qui vit dans le même immeuble que la victime Mireille Knoll, est accusée d’avoir tenté de faire disparaître le couteau qui aurait servi pour le meurtre de la dame âgée.

Le 23 mars, Mireille Knoll, une octogénaire de confession juive, a été retrouvé morte dans son appartement du 11èmearrondissement de la capitale. Son corps était partiellement carbonisé et lardé de onze coups de couteau.

Le couteau en question doit être analysé par le médecin légiste afin de déterminer s’il s’agit bien de l’arme du crime.

D’après les éléments de l’enquête, la victime est décédée avant l’incendie survenu dans son appartement.

Rapidement, deux suspects ont été interpellés. À la suite de la garde à vue, Alex C. et Yacine M. ont été mis en examen pour « homicide volontaire en raison de l’appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion », le caractère antisémite ayant été retenu par le parquet.

Les deux meurtriers présumés, qui se rejettent mutuellement la culpabilité de l’acte criminel, ont réfuté le caractère antisémite du meurtre.

L’avocat de la famille de la victime, Me Gilles-William Goldnadel, a déclaré « il est juste et logique qu’une personne qui a mis tout en œuvre pour détruire des preuves en soit comptable devant la justice et les parties civiles ».

Cette affaire avait suscité un vif émoi, tout juste un an après le meurtre barbare d’une autre femme âgée de confession juive à Paris, Sarah Halimi.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom