Jeudi 1er février, la cour d’appel de Paris a validé le renvoi devant la Cour d’assises du principal suspect dans l’affaire du meurtre de Sophie Toscan du Plantier.

L’épouse du producteur Daniel Toscan du Plantier avait été retrouvée morte dans la matinée du 23 décembre 1996 devant sa villa à Schull, une petite commune irlandaise où elle passait des vacances.

La femme du cinéaste avait succombé suite à un coup violent porté à sa tête.

Ian Bailey, journaliste pigiste, avait rapidement éveillé les soupçons des enquêteurs.

Âgé de 60 ans, le Britannique habitait à seulement quelques kilomètres du lieu du meurtre. De plus, il a révélé des indices que seuls les enquêteurs et l’auteur du meurtre pouvaient savoir.

Le 27 juillet 2016, la juge d’instruction en charge des investigations Nathalie Turquey avait retenu l’ « homicide volontaire », et renvoyé le suspect principal devant les assises par son ordonnance.

Ian Bailey avait fait appel de cette décision immédiatement.

Le renvoi aux assises du journaliste a été justifié par un nombre suffisant d’ « éléments à charge », selon l’ordonnance de la chambre d’instruction.

Dominique Tricaud, l’avocat d’Ian Bailey, a fait savoir qu’un pourvoi en cassation est à l’étude.

Laurent Pettiti, un des avocats de la famille, a déclaré « c’est un soulagement pour les proches de Sophie Toscan du Plantier, même s’ils savent que le procès n’est pas pour tout de suite et qu’il se fera vraisemblablement en l’absence du suspect ».

Le délai entre les faits et le jugement sont en partie dus aux deux refus de la part des autorités irlandaises d’extrader Ian Bailey malgré deux mandats d’arrêts.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom