Celui qui était à la tête de la Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI) pendant les attaques dans des villages de la République démocratique du Congo (RDC) en 2003 a été condamné à verser près d’un million d’euros à ses victimes. Une première.

Vendredi 24 mars, Germain Katanga, le « lion d’Ituri », a été condamné à dédommager les victimes de l’attaque du village de Bogoro survenue en 2003.

Il devra s’acquitter de la somme d’un million de dollars (925 000 euros), qui sera répartie entre les 297 habitants du village qui ont pu produire une preuve du préjudice subi.

Pendant l’audience du 24 mars, le juge Marc Perrin de Brichambaut a déclaré « ce montant symbolique ne vise pas à réparer le préjudice dans son intégralité », il s’agit plutôt de « soulager » les victimes.

Ne possédant actuellement « ni biens ni avoirs », selon une précision des juges, c’est le Fond pour les victimes qui prendra en charge cette indemnisation.

En mars 2014, Germain Katanga a été reconnu coupable de « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité » par la CPI. Il a été condamné à une peine de douze ans de prison.

Ce conflit en RDC avait duré des années et fait plus de quatre millions de morts dans des conditions particulièrement atroce.

SOURCE