Mercredi 20 décembre, le suspect numéro un dans l’affaire de la disparition de Maëlys a été mis en examen pour une autre disparition.

Nordahl Lelandais, un ancien maître-chien dans l’armée, a été mis en examen dans le cadre de la disparition du caporal Arthur Noyer.

Ce militaire, considéré comme déserteur, n’a plus donné signe de vie depuis le mois d’avril. Le 7 septembre, un promeneur tombe sur des restes d’os humains à Montmélian (Savoie).

Les enquêteurs ont retrouvé des traces ADN qui appartiennent à Arthur Noyer sur ce qu’il reste d’un crâne d’homme.

Après un rapprochement fait entre les deux disparitions, les enquêteurs découvrent que les téléphones portables du suspect et du militaire disparu  « avaient déclenché entre 23 heures 48 et 3 heures 41 les mêmes relais », selon Thierry Dran, le procureur de la République de Chambéry de Chambéry.

  1. Dran a également fait savoir que l’enquête va désormais s’étendre à « toutes les disparitions inquiétantes dans la région ».

D’après le quotidien Le Monde, des vérifications vont être effectuées pour sept autres cas de disparitions ou de meurtres inexpliqués.

Ainsi, l’affaire de la tuerie de Chevaline et de la disparition d’un jeune touriste belge en Haute-Savoie et deux cas de disparition autour d’Albertville en Savoie pourraient être reliées au suspect.

Nordahl Lelandais a été mis en examen le 30 novembre dans l’affaire de la disparition d’une fillette, Maëlys, pendant une cérémonie de mariage en Isère au mois d’août.

Après avoir été entendu par plusieurs juges en charge de ce dossier, il est poursuivi pour meurtre.

Coupable idéal ou tueur en série ? Les services de police et de justice ont fort à faire pour tenter de répondre à cette question.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom