Lundi 2 novembre, Pascal Fauret et Bruno Odos ont été réveillé par la gendarmerie française dans le cadre de l’enquête sur un trafic de stupéfiant international. Fin de cavale pour les deux pilotes.

 

Les deux hommes, la cinquantaine, sont condamnés en août à 20 ans de prison par le tribunal de Saint-Domingue. En attente de leur procès en appel, ils étaient assignés à résidence, d’où ils ont réussi à s’enfuir avec l’aide de proches. En bateau jusqu’à la Martinique, ils ont réussi à regagner la métropole par avion. Les deux compères s’étaient dits être à la disposition de la justice française.

Certains de ne pas être renvoyés devant la justice dominicaine, selon la loi française, Pascal Fauret et Bruno Odos ne sont pas pour autant tirés d’affaire. Christine Saunier-Ruellan, la juge d’instruction marseillaise a lancé un mandat d’amener dans le cadre de l’enquête française pour un trafic de stupéfiant d’ampleur international.

Les gendarmes se sont rendus aux domiciles des pilotes de bonne heure lundi matin, depuis ils ont été écroués à Lyon et Grenoble. En attendant un transfert pour Marseille, ils sont placés en détention provisoire.

Jean Reinhart, avocat de Pascal Fauret, a rappelé que son client se tenait à disposition de la justice française et qu’une telle démonstration de force n’était pas nécessaire.

Il ne faut pas oublier que c’est avec 680 kg de cocaïne qu’ils s’apprêtaient à décoller de l’aéroport de Punta Cana  et qu’ils ont été capables de se dérober à la justice d’une république…     

SOURCE