Mardi 7 mars, le procès exceptionnel de cette affaire de vol de 52 kilos de cocaïne au sein même du 36 quai des Orfèvres, la fameuse adresse de la police parisienne, s’ouvre au tribunal correctionnel de Paris. Dix prévenus, parmi lesquels plusieurs agents de police, devront s’expliquer sur ce vol hors-norme.

Les témoignages de ses collègues et les caméras de vidéosurveillance permettront rapidement d’identifier le premier suspect. Il s’agit du policier de la brigade des stupéfiants Jonathan Guyot.

Pendant la nuit du 24 au 25 juillet 2014, c’est lui qui a sorti la drogue de la chambre forte du 36, en l’emportant simplement dans deux sacs de sport.

Personnage central de l’affaire, il est interpellé avec 16 000 euros en liasses le 2 août 2014 à Perpignan (Pyrénées-Orientales).

L’enquête accélère avec la perquisition menée à son domicile parisien et l’examen de son téléphone cellulaire. Le fonctionnaire de police est propriétaire de plusieurs biens immobiliers et son train de vie ne cadre pas avec sa fonction.

Rapidement, c’est tout un réseau qui est mis à mal : l’escroc Christophe Rocancourt, Farid Kharraki, un trafiquant et indicateur de police, trois agents de police et quatre autres individus sont poursuivis, dont Moussa Bouzembrak qui est toujours recherché.

Mercredi 8 mars, Farid Kharraki a directement accusé l’ancien policier Jonathan Guyot, un premier rebondissement dans ce procès qui promet d’être riche en surprise.

SOURCE