Mercredi 24 janvier, le procès de Jawad Bendaoud, le « logeur » des terroristes de l’attaque du 13-Novembre, s’est ouvert devant la 16ème chambre du tribunal correctionnel de Paris.

Il est poursuivi pour avoir hébergé deux des auteurs de la tuerie survenue le 13 novembre 2015.

Arrêté le 18 novembre suite à l’intervention du RAID dans un squat de Saint-denis (Seine-Saint-Denis) où les deux terroristes étaient en planque, il est depuis maintenu à l’isolement en prison.

L’accusé explique « ça fait vingt-sept mois que je suis à l’isolement, mon cerveau me joue des tours ».

Cependant, il n’a aucun mal à parler, malgré une agitation qui contraste avec les deux autres accusés dans cette affaire.

Le premier est Youssef, le frère de Hasna Aït Boulahcen, une jeune femme tuée au cours de l’assaut des forces de l’ordre le 18 novembre.

Le jeune homme de 25 ans est poursuivi pour non-dénonciation de crime. Peu bavard, il tente d’expliquer au juge « je n’ai pas le souvenir exact », avant de rajouter « il y a eu un procédé peu honnête des investigateurs ».

Le troisième prévenu, Mohamed Soumah, se définit lui-même comme une « racaille », est un trafiquant de stupéfiant au casier déjà bien chargé, avec une quinzaine de condamnations.

Pour sa défense, Jawad Bendaoud ne cesse de répéter qu’il ne se doutait pas des activités terroristes de ses nouveaux clients. Il aurait compris ce qui lui arrivait en prison quand ses codétenus lui ont expliqué « t’es dans la merde, t’as hébergé le croque-mort de Daech ».

Ce procès s’annonce compliqué, au vue de la personnalité du principal accusé et des circonstances, cet attentat du 13-Novembre est un véritable traumatisme pour l’ensemble des Français, avec 130 morts et 480 blessés.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom