Samedi 28 octobre, les résultats de l’enquête sur l’accident de TGV qui a coûté la vie à onze personnes en novembre 2015, ont été rendus publics. Selon France 3 Grand Ouest, la responsabilité de la SNCF et de sa filiale Systra est directement engagée.

Les familles des victimes ont eu accès aux résultats de l’enquête dans la journée du 28 octobre.

Selon France 3, les conclusions définitives des investigations mettent en évidence la responsabilité de la filiale Systra pour cette demande « de procéder à des essais en survitesse à 10 % de plus que la vitesse de conception de la ligne, et non la vitesse de commercialisation ».

L’essai de la rame TGV a ainsi été validé pour une vitesse comprise entre 265 et 330 km/h au lieu de 176 km/h.

De plus, cette demande s’est faite « sans justificatif ni information au personnel d’essai ».

Toujours selon la chaîne du service publique, le personnel d’équipage n’avait pas à sa disposition « ni des informations suffisantes ni des compétences requises pour conduire ces essais ».

De plus, sur les 53 personnes à bords au moment de l’accident, certains étaient invités, ce qui est interdit pendant les essais.

Le 14 novembre 2015, la vitesse excessive et le freinage tardif du TGV sont responsables de ce drame.

Depuis, l’enquête a révélée plusieurs anomalies et ces conclusions définitives accablent la compagnie ferroviaire et sa filiale Systra.

La rame d’essai de la ligne TGV avait fini par dérailler au niveau de la commune d’Eckwersheim (Alsace).

A son bords, sur les 53 passagers, onze ont perdu la vie et 42 ont été blessés, parmi lesquels des enfants.

Trois employés de la Systra et de la SNCF ont été mis en examen pour blessures et homicides involontaires en 2016.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom