Le demi-frère du dictateur à la tête de la Corée du Nord a été assassiné à l’aéroport de Kuala Lumpur en Malaise lundi 13 février. Les autorités nord-coréennes ont réclamé le corps du défunt, demande à laquelle s’est opposée la police malaisienne pour les besoins de l’enquête.

L’homme âgé de 45 ans était sur le point de prendre un avion quand deux femmes lui auraient jeté un liquide au visage (ou au moyen d’aiguilles, les versions diffèrent) avant de disparaître dans la foule, elles auraient réussi à s’enfuir en taxi.

Le frère du dictateur Kim Jon-Un est décédé pendant son transport en ambulance vers l’hôpital, après s’être plaint de violent maux de tête et de douleur insupportable après le contact des deux femmes à l’aéroport.

Avec la mise à mort de Song-Thek, l’oncle de Kim Jon-Un en décembre 2013, c’est un décès important pour le dictateur, même si son demi-frère vivait depuis une quinzaine d’années comme un exilé.

En effet, Kim-Jon Nam avait été au cœur d’un scandale pour avoir tenté en 2001, de rejoindre le Japon avec des faux papiers, et dans le but d’aller dans un parc d’attraction…

Cette affaire l’avait contraint de vivre à l’étranger et l’avait définitivement écarté du pouvoir.

La police malaisienne a procédé à quatre arrestations, dont deux femmes et sont encore à la recherche de quatre ressortissants de Corée du Nord. Les autorités ont refusé de remettre le corps à son pays d’origine pour respecter la procédure et les besoins de l’enquête, ce qui a provoqué une vive réaction de l’ambassadeur nord-coréen.

Le demi-frère du dictateur avait déjà essuyé une tentative d’assassinat en 2012 après avoir émis des critiques sur la Corée du Nord et son régime totalitaire.

SOURCE