Flux RSS Juriguide.com
Actualités de la justice, renseignements juridiques, avocats, faits divers et grands procès

Un « mini-Kerviel » à la Caisse d’Epargne

Boris Picano-Nacci  tribunal correctionnel de Paris  Caisse d'épargne  opérations de trading
Boris Picano-Nacci, ancien trader à la Caisse d’Epargne, comparaîtra lundi au tribunal correctionnel de Paris pour avoir fait perdre à sa banque 751 millions d’euros dans une opération de trading en 2008.

La France a en son sein un deuxième Jérôme Kerviel : Boris Picano-Nacci, 37 ans, trader à la Caisse d’Epargne au moment de la crise des subprimes en 2008. Arrêté la même année en raison d’une poursuite de la Caisse nationale des caisses d’épargne et de prévoyance (CNCE), Picano-Nacci comparaîtra lundi au tribunal correctionnel de Paris.

Il est accusé d’abus de confiance dans l’enquête que son groupe a subie et qui avait révélé une perte de 751 millions d’euros. La Caisse d’épargne, qui se livrait alors à des activités spéculatives de marché avec ses propres fonds, aussi appelées « trading en compte propre », avait cessé toute activité de ce type lorsque les banques ont commencé à s’embourber dans la crise.

Toutefois, le trader Boris Picano-Nacci, alors en charge du portefeuille dérivés-actions n’avait pas liquidé ses positions et avait continué à miser sur les produits dérivés ce qui a par la suite engendré une perte de plusieurs centaines de millions d’euros.

Dans la partie adverse, on soutient que le prévenu a usé du mensonge pour dissimuler ses opérations, tandis que l’autre partie du dossier affirme avoir informé les supérieurs de cette activité le 10 octobre 2008. Aussi insiste-elle sur le fait que toutes les opérations étaient enregistrées dans les bases de données de la banque, la hiérarchie ne pouvait donc ignorer ce qui se jouait.

Pinaco-Nacci encoure jusqu’à cinq ans de prison et comme Kerviel, la responsabilité de rembourser dans la mesure de ses moyens la totalité de la somme.

Par ailleurs, la banque a été sanctionnée par la commission bancaire pour contrôle défaillant et l’enquête a révélé que les équipes administratives en charge de réguler les opérations de trading étaient méprisées par leurs pairs et donc moins à même d’effectuer correctement leur mission.

Mickaël Senier
L'auteur

Mickaël Senier

Rédacteur assidu pour Juriguide.com depuis un bon moment à présent, Mickaël Sénier nous fait part de toute son expérience à travers la rédaction d'articles correspondant à sa spécialité à savoir, le droit dans le monde de l'entreprise.


commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !

laisser un commentaire