Mercredi 27 décembre, l’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP) a déposé une plainte contre Apple pour « obsolescence programmée » et pour « tromperie » auprès du procureur de la République de Paris.

Cette plainte fait suite à l’annonce de la semaine dernière faite par la marque à la pomme. Apple expliquait ralentir de manière volontaire les anciens modèles de son smartphone, l’iPhone.

Apple avait expliqué recourir à un bridage volontaire des performances des anciens téléphones portables afin « de prolonger [sa] durée de vie ».

L’association HOP accuse le géant américain de réduire, via les mises à jour, la durée de vie ainsi que les performances de ses anciens modèles de smartphones pour favoriser leur remplacement par des modèles récents.

« Apple a mis en place une stratégie globale d’obsolescence programmée en vue d’augmenter ses ventes », selon un communiqué de l’association.

Depuis le mois d’août 2015, la loi française prévoit le délit d’obsolescence programmée, ce qui a motivé HOP à se pourvoir en justice pour tous les modèles d’iPhones vendus depuis la date de promulgation de la loi.

D’autres plaintes ont été déposées à l’étranger, comme en Israël ou aux États-Unis, où une « class action » (action de groupe) a été entamée dans plusieurs États la semaine dernière.

L’association HOP avait déjà porté plainte contre plusieurs fabricants d’imprimantes dont Epson, Canon, HP ou encore Brother, pour le même motif en septembre dernier.

En France, il s’agissait de la première plainte au motif d’obsolescence programmée.

SOURCE

 

 

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom