Jeudi 5 avril, Véronique Guetat, juge d’instruction, a validé le renvoi au tribunal correctionnel du groupe EDF, comme personnel morale, dans le cadre de l’enquête sur la mort d’un gendarme au mois de septembre 2011 aux Mées, dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Selon une source judiciaire citée par le quotidien Le Monde, les réquisitions du parquet ont bien été suivies avec ce renvoi en correctionnel.

La mort du maréchal des logis-chef Khaled Bentabet était survenue après une plongée réalisée le 1erseptembre 2011 dans le canal de la Durance, au niveau des Mées.

Cette opération devait permettre de retrouver une arme de poing située à une profondeur de douze mètres, à proximité d’un site d’exploitation du groupe EDF, l’usine d’Oraison.

Cette plongée avait obtenu l’autorisation d’un responsable du fournisseur d’énergie, qui était d’ailleurs présent sur ce 1erseptembre.

Le gendarme Khaled Bentabet avait certainement été aspiré dans un tunnel sous-marin juste à côté du site de plongée.

Ce tunnel mesure 2,7 kilomètres, pour une dizaine de mètres de diamètre.

Six jours après sa disparition, le corps sans vie du militaire avait été découvert à plusieurs kilomètres du site de plongée, après le tunnel en question.

Après un classement sans suite de l’enquête préliminaire, une plainte avait été déposée par la veuve de Khaled Bentabet en août 2014.

Emmanuel Molina, l’avocat de la famille de la victime, a déclaré « les investigations que nous avions réclamées au juge d’instruction et des experts judiciaires, qui ont accompli un travail remarquable, ont fini par établir la vérité de négligences multiples et particulièrement graves », avant d’ajouter « il appartient désormais à la justice d’apprécier les fautes imputées à EDF ».

Christophe Bass, le défenseur du groupe EDF, a expliqué que son client réserve ses commentaires et observations pour la justice.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom