Gemalto, producteur de carte à puces, avait commencé une procédure à l’encontre du géant Google, de HTC, de Samsung et de Motorola pour contrefaçon. Il accuse les sociétés d’avoir copié certaines de ses innovations dans l’OS Android.

Le groupe français, après près de deux années d’attente, a enfin un semblant d e date pour le procès : celui-ci devrait avoir lieu au Texas, au printemps prochain. La première audience serait prévue pour avril ou mars 2013.

Gemalto espère qu’une solution sera trouvée avant la fin de la première moitié de l’année prochaine pour ensuite relancer les discussions avec les sociétés concernées.

C’était le 25 octobre 2010 que Gemalto avait annoncé avoir porté plainte pour contrefaçon. D’après la société, certaines des technologies brevetées et développées dans ses laboratoires au Texas dans les années 90 ont été utilisées sans autorisation pour le développement d’Android.