Le studio d’Hollywood a porté plainte contre une société de production de films pornographiques visant une parodie du livre « 50 nuances de Grey » (« Fifty Shades of Grey ») que le studio estime ne pas être une parodie du tout mais du plagiat.

Il n’aura pas fallu beaucoup de temps à l’industrie pornographique pour créer une parodie du best-seller érotique « 50 nuances de Grey » qui s’y prêtait particulièrement. Mais si les parodies ont un statut à part, celle-ci semble ne pas être appréciée par les détenteurs des droits du livre.

Le cinéma pornographique a pris l’habitude de parodier les grands succès, et ce depuis quelques années, sans s’attirer les ires des studios d’Hollywood. Mais cette fois, Universal Studios estime que ce n’est pas là une parodie.

Déposée à la court fédérale de Californie mardi dernier par le studio hollywoodien et les détenteurs des droits du livre de E.L. James, la plainte accuse la société Smash Pictures d’avoir copié « exactement les dialogues, les personnages, les événements et le style de la trilogie « Fifty Shades » ».

« La première adaptation pornographique n’est pas une parodie, et ne commente, critique ou tourne au ridicule l’originale. C’est une arnaque pure et simple ».

Les plaignants demandent l’interdiction de distribuer le film « Fifty Shades of Grey: a XXX Adaptation », des dommages et intérêts ainsi que l’intégralité des profits tirés de la vente du film et des produits dérivés.