Mardi 24 avril, Vincent Bolloré a été placé en garde à vue à Nanterre (Hauts-de-Seine) après avoir été convoqué comme étant « mis en cause » dans l’affaire des concessions portuaires dans plusieurs pays africains, selon une information du quotidien Le Monde.

Une information judiciaire avait été ouverte, notamment pour « corruption d’agents publics étrangers », sur les conditions d’obtentions de concessions dans plusieurs ports à conteneurs, au Togo et en Guinée entre autres, par le groupe du milliardaire breton.

Jean-Philippe Dorent, le responsable du pôle international d’Havas, une agence et de communication qui appartient au groupe Bolloré, et Gilles Alix, le directeur général du groupe, ont également été placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre.

Le dirigeant du groupe Pefaco, Francis Perez, est aussi entendu par la police, d’après une information de Challenges.

Un prêt d’un montant de plusieurs centaines de milliers d’euros consenti à Jean-Philippe Dorent interroge les enquêteurs sur le rôle qu’il a pu tenir dans ce dossier.

Le groupe Bolloré, via sa filiale Havas, est accusé d’avoir obtenu des fructueuses concessions portuaires au Togo et en Guinée en échange de services de communications aux présidents africains pour les aider à remporter les élections présidentielles.

Dans un communiqué, le groupe Bolloré « dément formellement que sa filiale de l’époque SDV Afrique ait commis des irrégularités », l’agence de communication Havas « apporte son expertise dans le monde entier dans des conditions de transparence irréprochable », avant d’ajouter « le lien qui tente d’être fait par certains entre l’obtentions de ces concessions et les opérations de communication est dénué de tout fondement économique et révèle une méconnaissance lourde de ce secteur industriel ».

Ces déclarations n’ont pas empêché une dévalorisation des actions du groupe Bolloré de l’ordre de 8 % à l’annonce de ce nouvel épisode judiciaire.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.