Les héritiers de l'écrivain américain William Faulkner viennent de perdre leur procès contre Sony Pictures Classic. Ils poursuivaient le groupe en justice pour violation de droit d'auteur.

« Nous sommes très déçus par la décision du juge et nous pensons que non seulement il se trompe, mais surtout, que cela sera dommageable pour toutes les personnes créatrices dans le monde. », a déclaré Lee Caplin, représentant des héritiers de William Faulkner, à l'issue du procès opposant ses clients au studio de production Sony Pictures Classic.

La phrase de trop pour les héritiers de Faulkner

Le grief ? Une phrase que l'un des personnages du film « Midnight in Paris », de Woody Allen, a prononcé : « The past is not dead. Actually, it's not even past ». Une phrase directement tirée de l'ouvrage de Faulkner, Requiem for a Nun, où il est écrit : « The past is not dead. It's not even past . »

Une violation de droit d'auteur pour les héritiers de Faulkner qui n'a pas été reconnue par le juge Michael Mills, en charge du dossier.