Mercredi 8 novembre, la justice suisse a fait savoir que les accusations de viol émises par l’actrice Renate Langer à l’encontre de Roman Polanski sont prescrites. Trois autres femmes ont accusé le réalisateur franco-polonais d’agression sexuelle.

Dans un communiqué en date du 8 novembre, le ministre public du canton de Berne, en charge de l’examen de la plainte de Renate Langer, a déclaré la prescription pour les accusations formulées contre Roman Polanski.

Selon le communiqué, « dans la mesure où les faits se sont déroulés il y a quarante-cinq ans, la prescription pénale – elle était au maximum de quinze ans selon le droit en vigueur au moment des faits – est intervenue au plus tard en 1987 ».

Cette décision a été prise suite à la déposition à la police helvète de Renate Langer du 26 septembre.

L’ancienne actrice et modèle avait expliqué avoir été violée en 1972 à Gstaad par le réalisateur, alors qu’elle n’avait que quinze ans.

Motivée par les révélations faites en août par « Robin », une autre victime présumée, l’actrice âgée de 61 ans avait eu le courage de parler.

« Robin » avait accusé Roman Polanski d’un viol commis en 1973. Elle était alors âgée de 16 ans à peine.

Deux autres femmes, Samantha Geimer et Charlotte Lewis ont déclaré avoir été victime d’agression sexuelle du cinéaste.

Dans le sillage de l’affaire Weinstein, plusieurs personnalités du cinéma ont été accusées d’agression sexuelle.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom