Jeudi 16 novembre, l’ancienne ministre Roselyne Bachelot a été condamnée à une amende de 500 euros avec sursis pour avoir accusé le sportif espagnol Rafael Nadal de dopage en 2016.

Jeudi 16 novembre, l’ancienne ministre de la santé et des sports Roselyne Bachelot a été condamnée à une amende de 500 euros avec sursis au motif de diffamation.

Elle devra également verser 10 000 euros au vainqueur de dix tournois de Rolland Garros au titre des dommages et intérêts.

Le tennisman numéro un mondial avait réclamé 100 000 euros au titre du « préjudice moral » subi.

Au cours d’une émission de télévision au printemps 2016, Roselyne Bachelot avait évoqué le dopage dans le monde du tennis professionnel.

La joueuse Maria Sharapova, ancienne numéro un au classement mondial, avait été contrôlée positive au dopage, ce qui avait alimenté de nombreuses polémiques.

L’ancien membre du gouvernement avait eu un raccourci un peu facile sur un plateau de télévision. « On sait à peu  près que la fameuse blessure de Rafael Nadal qui a entraîné sept mois d’arrêt de compétition est très certainement due à un contrôle positif. »

La réaction du champion ne s’est pas faite attendre. Une plainte avait immédiatement été déposée. Il avait également demandé à la Fédération internationale de tennis de publier les résultats de ces contrôles.

La Fédération avait fait savoir que le sportif n’a jamais été testé positif au cours de sa carrière.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.