Vendredi 18 août, un juge de l’Etat de Californie aux Etats-Unis a fait publier sa décision dans l’affaire Polanski. Il est accusé d’avoir agressé sexuellement une mineure de 13 ans au moment des faits, il y a une quarantaine d’années…

Vendredi 18 août, le juge de Los Angeles Scott Gordon a fait part de sa décision de continuer la procédure à l’encontre du réalisateur franco-polonais Roman Polanski, âgé de 84 ans, pour cette affaire d’agression sexuelle sur une mineure de treize à l’époque des faits, il y a déjà quarante ans.

Le magistrat explique que « l’accusé dans cette affaire est un fugitif qui refuse d’exécuter les ordres des tribunaux », rajoutant « sa conduite continue à la [la victime] blesser et amplifie le traumatisme de l’agression sexuelle qu’elle a subie ».

Pour conclure, le juge argumente « la seule chose qui a changé dans ce dossier est que l’accusé, à travers ses avocats, continue ses attaques contre chaque magistrat chargé du dossier (…). Une telle conduite ne constitue pas une base de clôture des poursuites ».

Au mois de juin, Samantha Geimer, la victime âgée de 54 ans aujourd’hui, avait imploré le tribunal de « refermer cette affaire ». Ces interminables procédures étant un véritable calvaire pour celle qui a déclaré avoir pardonné son agresseur.

Après l’actrice Charlotte Lewis en 2010, le cinéaste a été la cible d’une nouvelle accusation d’abus sexuel sur mineure mardi 15 août par une troisième femme âgée de seize ans en 1973.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom