L’histoire a fait le tour des médias en ce début d’année : trois nourrissons sont décédés suite à la contamination de poches alimentaires dans l’hôpital de Chambéry. Les parents ont déposé plainte contre l’hôpital « pour que cela ne se reproduise plus ».

Une contamination qui pourrait ne pas provenir de l’hôpital

La plainte déposée par les parents des trois nourrissons décédés à l’hôpital de Chambéry a entraîné l’ouverture d’une enquête qui doit déterminer qui est le responsable de la contamination. Mais les enquêteurs estiment déjà qu’il ne s’agit pas là d’une contamination volontaire.

Les poches nutritives des lots concernés ont déjà été retirées de la circulation mais maintenant les enquêteurs doivent comprendre à quel niveau de la chaîne de transport et de production la contamination est survenue.

La contamination pourrait avoir eu lieu soit au laboratoire français qui produit ces poches nutritives, soit durant le transport, soit directement à l’hôpital bien que cette dernière thèse soit la moins probable pour les enquêteurs. Le parquet devrait commencer à donner les premiers éléments la semaine du 6 janvier 2014.

Marisol Touraine, ministre de la santé, estime que cet incident est « gravissime » et que tout sera fait pour éclaircir l’affaire. Le directeur de l’hôpital de Chambéry a affirmé qu’il assumerait toutes les conséquences et ses responsabilités si l’hôpital est mis en cause