A partir du 1er janvier, la législation sur le cannabis récréatif en Californie aux États-Unis est entrée en vigueur alors que le reste du monde garde un œil avisé sur ce laboratoire à ciel ouvert.

Jeudi 4 janvier, les autorités australiennes ont annoncé l’autorisation à venir des exportations de cannabis médical.

Sur place, l’usage médical de la plante est autorisé depuis 2017, l’usage récréatif étant toujours prohibé.

L’Australie serait donc le quatrième pays à autoriser son exportation après les Pays Bas, le Canada et l’Uruguay. Israël a également évoqué son intérêt pour l’exportation de cannabis médical.

Ce marché, en forte hausse, représente tout de même environ 55 milliards de dollars.

Pour que l’Australie puisse espérer avoir sa part, cette autorisation devra être soumise au vote du Parlement fédéral du pays.

Les prochaines sessions sont prévues à partir du mois de février et le parti d’opposition s’est déclaré en faveur de ce projet.

Greg Hunt, le ministre de la santé australien a expliqué à la presse « notre objectif est clair : donner aux agriculteurs et aux producteurs les meilleures conditions pour devenir le premier exportateur  mondial de cannabis médical ».

Cette autorisation devrait permettre d’accroître le volume de production. Après cette annonce, les compagnies de ce secteur économique ont vu le cours bondir de près de 20 % à la Banque Australienne.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom