Selon une information du Point en date du 26 décembre, une enquête judiciaire a été ouverte dans la semaine du 20 décembre, suite à une plainte déposée contre Lactalis pour tromperie.

L’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir et une association composée des familles des nourrissons contaminés sont à l’origine de cette plainte.

Entre le mois d’août et la fin du mois de décembre, 35 cas de salmonellose ont été diagnostiqués chez des nourrissons dont 31 avaient consommé du lait infantile du premier groupe laitier de l’hexagone.

La bactérie « salmonella agona » venait d’une unsine située à Craon en Mayenne. Après « des travaux réalisés courant 1er semestre 2017 », « nous savons qu’une contamination dispersée s’est installée » dans le site de production de Craon, a fait savoir Lactalis.

Jeudi 21 décembre, tous les produits « fabriqués ou conditionnés » dans l’usine incriminée ont été rappelés par l’entreprise.

Il s’agit d’un rappel de 720 lots de laits infantiles, en plus des 625 lots déjà retirés des marchés nationaux et internationaux au cours des deux dernières semaines.

Suite à la plainte des deux associations, les magistrats du pôle de la santé publique (PSP) de Paris ont co-saisi les gendarmes de la section de recherches d’Angers et de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP) pour mener les investigations.

Une source proche de l’enquête a annoncé au Point « il s’agit de faire toute la lumière sur les conditions dans lesquelles cette contamination a eu lieu ».

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom