Lundi 21 août, le jury d’un tribunal californien a ordonné le versement de 417 millions de dollars au titre des dommages et intérêts à une femme atteinte d’un cancer des ovaires suite à une utilisation du talc de la marque Baby Powder, filiale du géant pharmaceutique Johnson & Johnson.

Cette décision a été prise lundi par le jury d’un tribunal de Los Angeles en Californie.

Selon ce jury, la femme âgée de 63 ans n’a pas été informée des risques liés à une utilisation prolongée du talc en question. La plaignante, atteinte d’un cancer des ovaires, a commencé à utiliser ce produit pour son hygiène intime à l’âge de onze ans.

« Tout ce qu’elle voulait, c’était aider les autres femmes à travers le pays qui souffrent d’un cancer des ovaires pour avoir utilisé Johnson & Johnson (J & J) pendant vingt ou trente ans », a justifié Mark Robinson, l’avocat de la plaignante.

J & J a été condamné à verser 70 millions de dollars au titre des dommages compensatoires ainsi que 347 millions pour les dommages punitifs.

Ce n’est pas le seul dossier en justice concernant le fameux talc, environ 4 800 procès sont en cours contre J & J pour son talc.

Après cinq procès perdus, l’addition commence à être salée, avec plus de 720 millions de dollars de dommages et intérêts pour ces condamnations.

Le porte-parole du groupe a déjà annoncé à l’Agence France-Presse (AFP) faire appel de cette décision.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom