Mardi 17 octobre, le siège de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a été perquisitionné dans le cadre de l’enquête sur la nouvelle formule du Levothyrox. Actuellement, plus de 360 plaintes ont été déposées par des patients.

Xavier Tarabeux, le procureur de la République de Marseille (Bouches-du-Rhône) a annoncé la saisie de documents au siège de l’ANSM situé en région parisienne.

Cette opération a été menée dans le cadre de l’enquête sur la nouvelle formule de ce traitement contre les problèmes de thyroïde.

En effet, plus de 360 plaintes de patients ayant utilisés le médicament en question ont été déposées, selon le procureur de la cité phocéenne.

Les investigations ont été confiées au pôle de santé publique du tribunal de grande instance de Marseille.

Déjà le 3 octobre, le siège du laboratoire Merck, qui produit le Levothyrox, avait été perquisitionné. Des médicaments ainsi que des documents avaient été saisis.

En 2012, l’ANSM avait demandé au laboratoire Merck de modifier la formule du médicament afin de le rendre plus stable sur la durée.

Depuis, les effets secondaires (maux de tête, vertiges ou encore des crampes) ont été dénoncés par plusieurs milliers de patients, ce qui a donné lieu à ces nombreux dépôts de plainte.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom