Mercredi 31 mai, le ministre de la justice de l’Etat de l’Ohio a déposé une plainte contre plusieurs laboratoires pharmaceutiques dans le cadre du scandale des médicaments à base d’opiacés. Prescrits pour lutter contre la douleur, ils sont responsables de plusieurs milliers de décès par overdose de patients à travers tout le pays.

La procédure judiciaire a été mise en place mercredi 31 mai par Mike DeWine, le ministre de la justice de l’Ohio, où les cas de mort par overdose suite à une trop grande prise de certains antidouleurs à base d’opiacés sont des plus nombreux du pays.

Cette  plainte vise cinq firmes pharmaceutiques en particulier. Ils sont accusés d’avoir mal informé les praticiens sur les effets secondaires de ces produits médicaux.

Il est également question de marketing agressif face à des médecins qui ne sont pas des « spécialistes dans ce domaine », « cette procédure est une question de justice, une question d’équité, une question de droit », justifie Mike DeWine, pour qui « ces fabricants de médicaments savaient que ce qu’ils faisaient n’était pas bien et l’ont fait quand même ».

Les poursuites concernent Johnson & Johnson, Purdue Pharma, Endo Pharma, Teva et Allergan.

Les chiffres en rapport avec cette crise majeure de la santé publique outre-Atlantique sont très clairs : pour l’année 2015, la surconsommation de ces antidouleurs a entraîné 3050 cas d’overdoses mortelles dans l’Etat de l’Ohio et plus de 15 000 cas à travers tout le pays.

Pour l’année 2016, ces chiffres seront publiés dans les semaines à venir et ils devraient être nettement supérieurs à ceux de l’année précédente.

SOURCE