C'est au bout de deux heures que le présumé coupable Jacques Servier a quitté la salle d'audience du tribunal de Nanterre après l'ouverture des débats qui a lieu mardi 21 mai après-midi.

Renvoyé en mai 2012 pour une question de procédure, cela faisait un an que le procès sur le médiator a été interrompu, la reprise aura été difficile. Le principal accusé Jacques Servier 91 ans  fondateur des laboratoires Servier n'est resté que deux heures dans la salle d'audience demandant à son avocat à quitter le prétoire.

Jacques Servier ainsi que quatre cadres travaillant à son laboratoire et à sa filiale Biopharma devront répondre à la « tromperie aggravée ». Le médiator est un médicament coupe-faim prescrit pour les diabétiques en surpoids. Le médicament a été commercialisé de 1976 à 2009.

Un rapport d'experts judiciaires publié en avril démontre les effets secondaires du médiator et sa responsabilité dans 1 800 décès et plus de 3 000 décès par atteintes des valves cardiaques mitrales et tricuspides.

La pneumologue Irène Frachon avait révélé la dangerosité du médiator en 2007 et abouti à son retrait sur le marché en 2009. Il y a un an, les avocats de Jacques Servier avait tenté d'annuler le procès en déposant une question prioritaire de constitutionnalité à la cour de cassation, la cour avait cependant rejeté la demande. Il sera décidé mercredi 22 mai si le procès du médiator se poursuit ou non.