L'association Anticor a décidé de déposer une nouvelle plainte ce mercredi 20 novembre 2013 concernant les dépenses de communication et de demandes de sondages réalisées par le gouvernement Fillon durant l'existence de celui-ci.

Favoritisme et détournement de fonds publics

L'association Anticor devrait déposer plainte dans le courant de la journée du mercredi 20 novembre 2013 voudrait faire lumière sur les divers dysfonctionnements liés aux services de communication du gouvernement Fillon déjà épinglé par la Cour des comptes. Plusieurs contrats d'une valeur totale de plusieurs centaines de milliers d'euros sont dans le collimateur de l'association.

Il s'agit d'une nouvelle plainte pour Anticor qui avait déjà entamé une procédure de justice fin 2012. Mais pour Me Jérôme Karsenti, avocat de l'association qui lutte contre la corruption, le seul moyen de faire avancer l'enquête est de renouveler la plainte. Ainsi faisant, l'association espère obtenir la nomination des juges sur l'affaire.

Un contrat en particulier est visé par Anticor : un contrat liant le Premier ministre de l'époque François Fillon et la société Giacomett-Piéron. Mais d'autres contrat auraient été non conformes avec le code des marchés publics ce qui laisse planer des soupçons de favoritisme et même de détournements de fonds.

Notamment, certains sondages sur « limage personnelle des ministres » ou sur des « sujets éloignés de l'action du gouvernement » aurait été financés avec l'argent public selon la Cour des Comptes.

Anticor veut que cette enquête définissent les « responsabilités » de chacun ce qui permettrait, le cas échéant, de saisir la Cour de justice de la République (CJR)