Mercredi 28 mars, le tribunal fédéral du Maryland a validé la plainte à l’encontre du président Trump au motif de conflits d’intérêts.

Alors que les prérogatives liées à cette fonction sont clairement établies par la Constitution, M. Trump est accusé d’avoir tout de même perçu des rémunérations de la part de gouvernements étrangers à l’occasion de séjour officiel.

Cette action en justice est issue des plaintes déposées par les procureurs de l’État de Washington, Karl Racine, et celui de l’État du Maryland, Brian Frosh.

Ce dernier a commenté cette décision sur les réseaux sociaux « nous avons remporté la première reprise ! Notre dossier peut avancer », tout comme son homologue Karl racine, qui a commenté aussi « un juge dans le dossier #émoluments dit que nous pouvons demander des comptes au président Trump, qui viole la Constitution ».

De son côté, l’équipe du président controversé a fait savoir qu’elle ne commente jamais les affaires judiciaires en cours.

Les procureurs accusent Donald Trump d’avoir reçu des représentants de gouvernements étrangers dans le Trump International Hotel, qui se situe à proximité de la Maison Blanche. Le juge Peter Messitte a expliqué sa décision « les plaignants ont allégué de manière suffisante que le président viole les clauses sur les émoluments de la Constitution étrangers et nationaux en raison de son implication et la réception de profits de l’Hôtel Trump International et ses dépendances à Washington, ainsi que les opérations de l’Organisation Trump dans cette affaire », avant d’évoquer « un préjudice réel, clairement lié aux actions du président, et un préjudice qui peut être réparé par la cour ».

Le président Trump a aussi été assigné en justice par quasiment deux-cent élus démocrates qui siègent au Congrès, au motif de conflits d’intérêts encore une fois, mais pour ses affaires, dont il n’a pas pris assez de recul, selon les plaignants.

SOURCE

1 COMMENTAIRE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom