Mardi 5 septembre, le président américain Donald Trump a annoncé la suppression du programme DACA, qui permet à des jeunes sans-papiers sur le sol des Etats-Unis de travailler et de s’intégrer. Cette annonce a encore une fois provoqué de vives réactions au sein de la classe politique mais aussi des manifestations hostiles à cette suppression.

Dès le lendemain de cette annonce de Trump le mardi 5 septembre, pas moins de quinze Etats ont décidé de saisir la justice pour protester contre la suppression de ce programme.

Le DACA (Deferred Action for Childhood Arrivals) est un programme d’insertion par le travail pour les jeunes sans-papiers sur le territoire des Etats-Unis. Pour l’Etat de Californie, cette suppression entrainerait un manque à gagner estimé à plus de onze milliards de dollars, selon une évaluation du centre de réflexion Center for American Progress.

Critiqué par les démocrates comme par les républicains, Donald Trump se retrouve encore une fois isolé dans son propre camp suite à une décision aussi importante que maladroite.

Lundi 11 septembre, quatre Etats supplémentaires (Californie, Maine, Minnesota et Maaryland) ont décidé de porter plainte contre cette suppression que les ministres de la justice de ces Etats considèrent comme « anticonstitutionnelle » en plus d’être illégale.

Le ministre de la justice de l’Etat de Californie Xavier Becerra déclaré ce programme « a permis à plus de 800 000 enfants arrivés sans-papiers aux Etats-Unis de sortir de l’ombre et de devenir des Américains productifs et couronnés de succès ».

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom