Nicolas Sarkozy avait voulu réorganiser la présence de l'Etat dans les territoires et regrouper plusieurs administrations au niveau départemental et régional. Sur le papier, l'idée était belle et censée moderniser l'administration et réaliser des économies. Las, le grand coup de balai s'avère en partie inefficace.

C'est du moins la Cour des Comptes qui le dit dans un rapport publié hier.

Trop de doublons, trop de circulaires : en régions, l'Etat est désorganisé

« La France est le seul pays européen où l'État n'a pas tiré toutes les conséquences de la décentralisation » tranche la Cour. Un exemple : l'an dernier, les préfets ont reçu de la part de l'Etat central pas moins de 80 000 pages de circulaire. Soit 220 par jour ! Comment les agents auraient-ils le temps de les appliquer, et même simplement de les lire ?!

L'Etat doit donc fixer des priorités, se retirer de certains domaines gérés par les échelons locaux comme le tourisme ou le sport, et désigner les acteurs décisionnaires afin d'éviter les doublons. Pendant la campagne présidentielle de 2012, François Rebsamen, le sénateur maire de Dijon, avait chiffré à 50 000 à 60 000 personnes les doublons entre l'État et les collectivités. L'Etat devrait en outre encourager la mobilité géographique et fonctionnelle des agents afin que le système soit plus efficace : comment se peut-il que certaines régions soient en sur-effectifs, quand d'autres manquent cruellement de personnel ?!

La réorganisation de l'Etat aurait manqué de vision
 

La Cour suggère aussi de donner plus de pouvoirs aux régions, et moins aux départements, mais aussi de confier plus de responsabilités aux collectivités notamment dans les domaines du développement économique, de l'aide à la création d'entreprise, du commerce extérieur. Aujourd'hui, quatre structures d'État s'affairent autour du développement économique, en plus des régions, des départements et des communes. Ubuesque !

En outre, la Cour estime que la France compte beaucoup trop de sous-préfectures : 238 !

Nicolas Sarkozy pendant son quinquennat avait entrepris une grande réforme de l'Etat, baptisée la Révision générale des politiques publiques. Fermetures de tribunaux, fusion des deux directions du fisc, regroupement au niveau régional et départemental de services de ministère… D'après l'Association des amis de Nicolas Sarkozy, « la RGPP a permis d'économiser 16 milliards d'euros entre 2009 et 2013 ». Malgré certaines avancées, « cette réforme a manqué de vision » déplore de son côté la Cour des Comptes.

 

juriguide.com, membre du Groupe Economie Matin, vous a proposé un article du site economiematin.fr