Mardi 17 octobre, l’application de la dernière version du décret migratoire de Donald Trump a été suspendue par un juge fédéral de l’État d’Hawaï. Ce texte, qui a déjà été modifié deux fois depuis janvier, devait entrer en application mercredi 18.

La portée de ce jugement est nationale. Il s’agit donc d’un nouvel échec pour la politique migratoire du président Donald Trump.

Sur une note, le juge fédéral Derrick Watson explique que le texte « souffre précisément des mêmes maux que son prédécesseur ».

D’après le magistrat, ce décret « effectue à l’évidence une discrimination fondée sur une nationalité », ce qui va à l’encontre de « principes fondateurs de cette Nation ».

Ce décret, qui est sensé renforcer la sécurité du pays, a du mal à expliquer la pertinence d’une telle mesure et à démontrer que l’entrée sur le territoire américain des personnes visées « nuirait aux intérêts des États-Unis », selon le juge de l’État du Pacifique.

Dans un communiqué, la Maison Banche accuse ce jugement d’être « porteur d’erreurs dangereuses » et de saper « les efforts du président pour protéger la population américaine ».

Dans sa dernière version, le décret en question interdit désormais l’entrée sur le territoire américain aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane, à ceux de la Corée du Nord et à certains dirigeants du Venezuela.

Au centre d’une bataille judiciaire depuis sa création en janvier, Donald Trump a déjà tenté de modifier ce texte deux fois en vain.

Ce nouveau jugement met en échec la politique migratoire controversée de M. Trump.

Le décret aurait dû être appliqué dès mercredi 18 octobre.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.