Mardi 29 mai, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire afin de « procéder à des vérifications sur une éventuelle violation » des lois qui encadrent le financement des comptes de campagnes de Jean-Luc Mélenchon, le candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2017 pour le parti de la France insoumise, selon une information de L’Express.

Cette affaire fait suite à un signalement de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) en date du 16 mars.

Les investigations ont été confiées à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales.

Le 13 février, la Commission justifiait cette décision, malgré la validation des comptes de M. Mélanchon, par de nombreuses « réformations » qui atteignent la somme de plus de 400 000 euros.

Un remboursement à hauteur de plus de six millions d’euros sur les dix qui ont été dépensés pour cette élections perdue avait toutefois été effectué.

Ces rectifications avaient été au centre de tension dans l’organe de contrôle, au point de provoquer la démission de Jean-Guy de Chalvron en 2017.

  1. Chalvron avait dénoncé le « laxisme » de la Commission. Les dépenses problématiques du candidat de la France insoumise atteignaient la somme de 1,5 million d’euros selon lui.

Jean-Luc Mélenchon a déclaré « je garantis que je n’ai jamais agi autrement qu’honnêtement et scrupuleusement dans la conduite financière de ma campagne ».

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.