Jeudi 11 janvier, onze détenus ont entamé une action en justice à l’encontre de Donald Trump devant un tribunal fédéral de Washington-DC.

Les prisonniers accusent le président américain de les maintenir illégalement en détention parce qu’ils sont de confession musulmane.

Les détenus évoquent « l’opposition du président à la libération des prisonniers de Guantanamo [qui] s’inscrit en droite ligne d’autres initiatives politiques sans discernement de sa part – qui ont été annulées par les tribunaux ».

Donald Trump avait affirmé son opposition à la libération de tous les prisonniers de ce centre de détention dans l’enclave américaine sur le sol cubain.

Selon les plaignants, dont certains sont maintenus en détention depuis 2002, cette volonté de les priver définitivement de liberté est contraire au droit international et à la législation des États-Unis.

La plainte explique « c’est une démonstration de son antipathie envers cette population carcérale, envers tous les hommes musulmans nés à l’étranger et envers les musulmans au sens large, du même acabit que ce que les tribunaux ont à raison rejeté ces derniers mois ».

Sur le document, il est écrit que M. Trump « a souhaité plus récemment que le musulman ayant tué plusieurs personnes à New York soit envoyé à Guantanamo et privé du processus constitutionnel, alors qu’il n’a jamais suggéré que les tueurs de masse Blancs soient privés du processus requis. »

Après l’administration du président Obama, qui s’était engagée à fermer Guantanamo, celle de Donald Trump est radicalement différente, avec en tête le décret migratoire qui refuse l’entrée sur le sol américain, aux ressortissants de plusieurs pays de confession à majorité musulmane.

SOURCE

 

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.