Le procès des Femen allemandes et françaises ayant manifesté seins nus pour la libération immédiate d'Amina Tyler, placée en détention pour avoir protesté contre le rassemblement d'un groupe djihadiste, Ansar al-charian, reprend au tribunal de Tunis. Il avait été reporté le mercredi 5 juin dernier pour que le juge puisse réfléchir à la possibilité d'accepter que vingt associations islamistes se portent partie civile. Il annoncera sa décision aujourd'hui.

Les trois Femen européennes qui manifestaient pour la libération d'Amina Tyler le 29 mai dans la capitale tunisienne doivent comparaître à nouveau devant le tribunal de Tunis.

Les deux Allemandes et la Française sont accusées d'incitation à la débauche après avoir protesté comme à l' accoutumée, seins nus. Elles encourent une peine allant de six mois à un an ferme.

Le juge aura la charge de décider si une vingtaine d'associations islamistes peut se constituer partie civile contre les prévenues. Selon elles, les Femen portent atteinte aux valeurs de la Tunisie et font preuve d'immoralité.

Toutefois Patrick Klugman, représentant des Femen et des familles d'activites autorisé à plaider, conteste la tenue du procès. Il argue que l'acte de débauche que l'on reproche aux Femen ne constitue pas une infraction dans le pays, « ni matériellement ni intellectuellement ».

Et d'ajouter que leur corps « n'est pas un objet d'exhibition pour séduire mais un message politique […] contraire à la débauche ».