Samedi 7 octobre, Ludovic Pajot, député du parti d’extrême droite dans le Pas-de-Calais, a été agressé violemment à la sortie d’un bar à Béthune (Pas-de-Calais). Certains des auteurs des faits seraient proches du milieu antifasciste.

Dans une publication sur les réseaux sociaux, Ludovic Pajot  raconte « samedi soir, dans le cadre d’une sortie dans un bar de Béthune, j’ai soudainement été pris à partie par un groupe d’individus, dont certains se revendiquant d’extrême gauche antifa ».

Il poursuit « après un premier échange aux termes duquel j’ai été insulté de manière répétée, plusieurs individus de ce groupe se sont jetés sur moi. Ils m’ont assené plusieurs coups, dont certains au visage ».

Selon Steeve Briois, le maire FN d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Ludovic Pajot a été agressé « en raison de sa couleur politique », « il souffre d’une fracture de la mâchoire », information que le tribunal de Béthune n’a pas confirmée.

Ludovic Pajot s’est vu attribué cinq jours d’interruption temporaire de travail (ITT). Il a déposé une plainte et une enquête est ouverte.

Une source proche du dossier a confirmé qu’un homme était interrogé sur ces violences commises par plusieurs personnes.

Marine Le Pen, la présidente du FN, a annoncé son « soutien » à la victime, avant d’ajouter « il est temps de dissoudre ces milices d’extrême gauche » dans une publication sur les réseaux sociaux.

SOURCE

RÉPONDRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom